Bilan de compétences : quels sont les bénéficiaires ?

Le bilan de compétences est un outil pour faire ressortir votre aptitude tant au travail que personnelle en vue d’une orientation professionnelle ou bien pour envisager une formation pour atteindre un objectif précis. Bien que convenant à tout salarié, dans quel cas le bilan de compétences peut-il être réalisé ?

Bilan de compétences à la demande du salarié

L’outil d’évaluation qu’est le bilan de compétences peut être réalisé selon la propre initiative du salarié :

  • Pour le salarié en CDI : s’il possède au minimum cinq années d’expériences et que ses douze derniers mois de travail se sont déroulés au sein de son entreprise actuelle.
  • Pour le salarié en CDD : s’il dispose de 24 mois d’ancienneté non obligatoirement continus et qu’au cours des douze derniers mois il a réalisé 4 mois de CDD. Mais attention, ne bénéficient pas de cet avantage les CDD qui deviennent des CDI, tout type de contrats d’accompagnement ou d’apprentissage, les CDD avec un jeune étudiant.
  • Pour le salarié intérimaire : s’il a acquis toute son ancienneté dans son travail temporaire et ceci pour un total de 3200h de travail sur les 30 derniers mois d’activité et dont la moitié de ces 3200h a été effectuée dans son entreprise de travail actuelle au moment de la demande de bilan.

Bilan de compétences à la demande de l’entreprise

Il est le plus souvent entrepris dans le cadre d’un plan de formation pour augmenter la productivité d’une entreprise. Ce bilan nécessite une convention tripartite signé par l’employeur, l’organisme de prestation et le salarié. L’accord absolu du salarié est la condition sine qua non avant officialisation du contrat. Le salarié n’est pas forcé d’accepter, il dispose de 10 jours pour réfléchir à sa décision. Il y a refus si passé ce délai le salarié ne donne pas de réponse.

Pour les jeunes diplômés

Trouver un emploi idéal et satisfaisant est un véritable parcours du combattant pour les jeunes diplômés qui doivent montrer qu’ils méritent le poste convoité malgré leur manque d’expériences. Le bilan de compétences va pouvoir évaluer les points forts, les talents mais aussi les handicaps du jeune pour mieux cerner son aptitude professionnelle. Le jeune doit mettre en avant en des termes concis mais expressifs ces acquis professionnels (stage, job temporaire) ou personnels (bénévolats, participation à des œuvres sociales,…), les missions qu’il a tenues, les difficultés et les moyens qu’il a utilisés pour surmonter les défis.