7 questions fréquentes sur le travail en intérim

travail en intérim

Le travail en intérim a des caractéristiques spécifiques qui n’ont rien à voir avec un contrat à durée indéterminée (CDI). Les personnes qui envisagent de passer par cette fonction provisoire peuvent avoir des réticences sur certains sujets. Découvrez quelles sont les questions fréquemment posées concernant ce travail temporaire.

1. À combien s’élève le salaire dans l’intérim ?

Les conditions de travail des salariés intérimaires doivent être identiques à celles des personnes en CDI qui occupent un poste similaire. De par ce fait, la rémunération doit être équivalente au salaire d’un travailleur permanent, pareillement pour tous les avantages. Normalement, l’agence d’intérim connaît le droit du travail et les différentes spécificités qui caractérisent ce mode de fonctionnement. L’intérimaire peut demander les détails auprès des agents qui se chargent de leur dossier et de leur cas. Par ailleurs, certaines offres d’emploi comportent déjà les informations sur le salaire et les autres avantages.

2. Est-ce qu’il y a un contrat de travail ?

Tout emploi intérimaire est régi par une réglementation légale qui se réfère au droit de travail. Un contrat type commun à toutes les agences d’intérim doit être signé par le salarié lorsqu’il est engagé pour occuper un poste. Cet accord entre les différentes parties doit faire mention :

  • de l’horaire ;
  • de la durée de la mission ;
  • des motifs de l’embauche d’un intérimaire ;
  • de la fonction exercée ;
  • de la période d’essai s’il y en a ;
  • de la durée de l’accord entre les deux parties ;
  • des primes d’équipe ;
  • des allocations pour le déplacement ;
  • de la rémunération (horaire) brute ;
  • des données sur le travailleur ;
  • des informations sur l’agence.

3. Est-ce que les salariés intérimaires perçoivent-ils une prime de fin d’année ?

Normalement, quels que soient le secteur d’activité et les métiers exercés en tant qu’intérimaire, ce dernier peut bénéficier d’une prime de fin d’année, au même titre que les salariés en CDI. Toutefois, l’obtention de cette gratification n’est pas automatique étant donné que l’employé doit remplir certaines conditions. Le montant octroyé à chaque travailleur, à cette époque de l’année, est réglé par le Fonds social des travailleurs intérimaires.

4. Quelles sont les obligations de l’employeur (utilisateur) par rapport à un intérimaire ?

Le contrat de travail en CDI lie conjointement les employeurs et les salariés. L’un comme l’autre sont tenus de respecter les termes et les conditions de cet accord signé. De cette signature découlent des obligations que les deux parties doivent respecter pour assurer le bon déroulement de leur collaboration, le cas est le même pour un contrat de travail temporaire. Les procédures d’embauche d’un intérimaire est une action menée par les dirigeants afin de confier les tâches afférentes au poste vacant au recru. Cette initiative est motivée par l’aspiration à atteindre les objectifs du service ou de la direction.

L’employeur (utilisateur) a pour obligation de fournir le travail convenu, ainsi que les équipements et les outils indispensables à sa bonne réalisation. Le lieu doit convenir à l’exercice de la fonction et être accessible. Le travail doit cadrer bien aux descriptions des tâches listées sur la fiche de poste. Moyennant les tâches effectuées, l’employeur paie les salaires convenus. La préservation de la sécurité et de la santé de l’employé relève également du devoir de la société qui a recruté.

5. Est-ce qu’une période d’essai est exigée pour un travail temporaire ?

Que ce soit pour une première expérience ou non, un contrat pour un travail d’intérimaire ne doit pas comporter une période d’essai. Interdit soit-il, ce bout d’essai peut être demandé par certaines entreprises. La nécessité de cette période est souvent mentionnée dans les clauses. D’une manière générale, les 3 premiers jours d’exercice de l’intérimaire sont déjà considérés comme un essai. Durant cette sorte d’épreuve, les deux parties ont le droit de rompre le contrat sans conditions.

6. Qu’est-ce qu’il faut faire en cas de maladie ?

Les salariés intérimaires doivent impérativement informer la société utilisatrice et l’agence d’intérim en cas de maladie, essentiellement lorsque les intéressés doivent s’absenter. Les formalités afférentes à cette situation doivent être remplies. Justement pour éviter les malentendus, le mieux est de demander les détails concernant ces cas à l’agence d’intérim. Le certificat médical au nom de l’intérimaire doit être envoyé à cette dernière dans les plus brefs délais. Les intéressés doivent consulter les règles légales applicables au travail intérimaire, et aussi voir les différentes conditions mentionnées dans le contrat pour être fixés sur la procédure à suivre et sur leur droit.

7. Qu’en est-il de la complémentaire santé ?

Une mutuelle pour les intérimaires existe, mais pour en faire partie, la personne doit effectuer 414 heures de travail au minimum. Normalement, le nombre d’heures faites est transmis à cette association spécialisée dans la prévoyance.

3 compétences requises pour être dessinateur projeteur
Top 5 des métiers de la mode